21.3.17

Lucidus

 Parce que Blogger a mis en ligne, très récemment, de nouveaux templates, j'ai installé l'un d'entre eux, choisi dans la série “Contempo”, sur un énième blog intitulé pour l'occasion : Lucidus. Il est plus que probable que Lucidus végète au stade embryonnaire étant donné que je ne prendrai certainement pas le temps de le développer, de l'alimenter sérieusement dans les semaines à venir. Mais, il est là, j'aime son design et je ne rejette pas l'idée de lui accorder, un jour ou l'autre, un supplément de vie.

Apocalypse


Vie / Mort / Vie

 Hier, lundi 20 mars, à 11:28 AM, a débuté le printemps qui n'est pas la saison que je préfère, même si c'est pourtant mieux que l'été, toujours pourrit, ici, à MTP. J'écris ce qui précède — et ce qui suivra — avec pour intention de remplir de mots quasi insignifiants un billet. Cet acte dactylographié devrait me fournir la preuve que je suis ne suis pas encore mort du H5N25, probablement chinois, qui se cramponne à ma carcasse dans le but d'avoir définitivement ma peau. Heureusement, l'acide acétylsalicylique, inventée par Hermann Kolbe ou Arthur Eichengrün — actuellement personne n'en sait rien —, me laisse croire que ce maudit virus me lâchera bientôt et que j'aurais encore à vivre passablement les six mois prochains en attendant l'automne, véritable saison du renouveau, pour moi. Saki, sans soucis, cultive l'art de la sieste. Je vais refaire du café.

We Go On


16.3.17

14.3.17

La fiction

 La fiction n’est pas la création d’un monde imaginaire opposé au monde réel. Elle est le travail qui opère des dissensus, qui change les modes de présentation sensible et les formes d’énonciation en changeant les cadres, les échelles ou les rythmes, en construisant des rapports nouveaux entre l’apparence et la réalité, le singulier et le commun, le visible et sa signification. Ce travail change les coordonnées du représentable ; il change notre perception des événements sensibles, notre manière de les rapporter à des sujets, la façon dont notre monde est peuplé d’événements et de figures.
Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, 2008

13.3.17

Mrs. Supernova


7.3.17

Cabina telephónica

El exilio es tener un franco en el bolsillo
y que el teléfono se trague la moneda
y no la suelte
– ni moneda, ni llamada –
en el exacto momento en que nos damos cuenta
de que la cabina no funciona.
Cristina Peri Rossi, 1975   

So Hard


Drôles d'oiseaux

6.3.17

C'est de l'art

Colère

 Rien ne me met plus en rage que la sensation d'avoir perdu mon temps, et c'est bien ce que je ressens en cette fin de journée. Sentiment renforcé pour avoir constaté que, ces tout derniers jours, l'élan qui me poussait à publier à haute fréquence sur les Mauvaises herbes n'est plus ce qu'il était. Je n'ai pas encore cherché à en découvrir la cause réelle, mais ce constat suffit déjà à provoquer un grondement de colère contre moi-même. Colère redoublée par le fait que, non seulement, ce blog périclite, mais que je n'ai pas avancé d'un pouce dans l'entreprise esthético-hygiénique qui consiste à faire un peu de rangement et du ménage dans l'appartement. Cette nuit, je me maudis.

Now!

Damnation

 Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour me raisonner. J'en appelle avec ferveur à ma volonté pour qu'elle ne cède pas au cours des 24 heures à venir. Je relativise en me disant que d'autres que moi ont survécu aux camps de travail — je pense, par exemple, à La Balance du souffle écrit par Herta Müler. Bien qu'ils soient passés pendant une période de leur vie par les mines de sel, je sais que certains sont morts dans leurs lit, emportés par la vieillesse. J'ai encore pas mal d'arguments de ce type, invoqués ici afin de me rassurer, de me faire réaliser que cela ne sera qu'un mauvais moment à passer. Et pourtant, je reste tétanisé à l'idée qu'il va me falloir me livrer d'ici peu à la pire des entreprises : faire du ménage, passer l'aspirateur. L'horreur ! Je ne peux m'y résoudre.

4.3.17

Black and blue



 Robert Motherwell — Untitled (black and blue) – 1960

Le vent

 Sans s'annoncer, un jour, le vent violent s'est levé. La tempête s'est ensuite déchaînée. Depuis, rien n'a pu l'apaiser. Les grands arbres sont tombés. Les fruits ont pourri. Les graines se sont éparpillées. Les pierres ont été déterrées. Les rivières sont sèches. Partout, le désert gagne. Quelques insectes, très peu d'invertébrés et de rares petits mammifères sauvages subsistent. Une seule espèce d'oiseaux au plumage d'encre bleu-noir argentée résiste. Ces oiseaux ne prennent leur envol qu'à la nuit tombée. Mais, pour combien de temps encore ?

Fiat Lux

Aufklärung

 Profession : éclaireur de recoins sombres ou ténébreux.

3.3.17

Pretty Dirty

Throw them to the Lions

2.3.17

Buoyancy

 L’aptitude de l’homme à surnager [buoyancy] doit être à peu près inépuisable.
Julien Gracq, Manuscrits de guerre, 1941-1942

Stop Making Yourself Miserable


Walk of life

 Profession : bloggeraholic.

Freeway Theory

 Relationships are like freeways because both have exits that you can take to get out of them. The exits for relationships are: six hours (a.k.a. the one-night stand), four days, three weeks, seven months, 18 months, 18 years, and death.
How I Met Your Mother   

Jamais

Never let your friends tie you to the tracks.

1.3.17

Traduire

 Parfois, un mot, formulé dans une langue étrangère, semble correspondre parfaitement à une idée que l'on aimerait exprimer, alors que ça ne colle pas vraiment dit dans sa langue première — le français en l’occurrence. Exemple :
Sloth - Being too slow or lazy at doing something.
Ce qui me donne à penser que l’ascenseur est en panne depuis la nuit dernière. Peut-être une bonne raison de ne pas aller, demain matin, traîner mes boots sur la plage.

Demain

 Dans la soirée, Ivanović m'a téléphoné pour me proposer de l'accompagner, demain dans la matinée, en bordure de mer, près de Carnon. Je lui ai dit que, pour l'instant, je ne savais pas si, demain, j'irais respirer l'air humide poussé vers les terres par le vent marin, mais de me rappeler juste avant de prendre la route en direction du littoral, parce que je lui donnerai une réponse à ce moment là.

In My Head


Choose life

 Choose life. Choose a job. Choose a career. Choose a family. Choose a fucking big television, Choose washing machines, cars, compact disc players, and electrical tin can openers. Choose good health, low cholesterol and dental insurance. Choose fixed-interest mortgage repayments. Choose a starter home. Choose your friends. Choose leisure wear and matching luggage. Choose a three piece suite on hire purchase in a range of fucking fabrics. Choose DIY and wondering who the fuck you are on a Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing spirit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth. Choose rotting away at the end of it all, pishing your last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked-up brats you have spawned to replace yourself. Choose your future. Choose life... But why would I want to do a thing like that? I chose not to choose life: I chose something else. And the reasons? There are no reasons. Who needs reasons when you've got heroin?
Renton | Irvine Welsh, Trainspotting

Mercure



 Temperature: 8°C | Humidity: 66% | Pressure: 1017hPa (Steady) | Conditions: Clear | Wind Direction: WNW | Wind Speed: 20km/h

Mars

 Nous voici donc en mars, « mois des fous » selon l'antique adage populaire, et aussi, Mars, dieu romain de la guerre, Mars en tant que planète de notre système solaire ou, même, biscuit chocolatée. C'est plutôt sous l'aspect de la folie que j'envisage le mois qui vient de commencer. Certes, je pourrais le considérer sous l'angle de la guerre, pourtant, je m'y refuse : la guerre me fatigue, car il y a bien trop longtemps que je vis à ses côtés — aussi, je n'ai plus envie d'y penser. Quant à la planète et au biscuit, ce sont là deux images mentales qui ne m'inspirent pas grand-chose. Reste la folie, celle qui ne m'a jamais quitté, la plus fidèle de mes compagnes. Celle qui, à tout moment, peut me faire sourire et parfois rire. Vu sous cette angle, il me semble alors que ce mois-ci pourrait trancher avec la triste routine des mois précédents. Nous verrons bien.