14.8.17

Allons-y

 — Saki, voici aujourd'hui six ans que nous vivons ensemble. Il est temps maintenant de suivre de nouveaux chemins. Allons-y, Saki. Laissons les Mauvaises herbes à leur propre destin. Marche avec moi. Ne te retourne pas.

13.8.17

La route

 — Saki rassemble tes affaires, prépare ton sac, je pense que nous n'avons plus grand chose à faire ici.

Comptes

 Bien que j'aime les chiffres, je ne peux passer le restant de mes jours à rendre des comptes. Je n'ai jamais eu de goût pour l’assommante, froide et aride comptabilité.

Agent orange

 Assez perplexe quant à l'avenir, j'envisage de rependre quelques litres d'agent orange sur le petit arpent où foisonnent les Mauvaises herbes depuis février dernier. Nous sommes au milieu d'un été qui se révèle encore plus cataclysmique que l'été précédent. Saki et moi, nous sommes sur le point de reprendre la route en direction d'un nouveau territoire qui restera inconnu de tous et qui n'apparaîtra sur aucune carte. J'effacerai nos traces.

Cauchemar

 Dans la nuit d'hier, j'ai cru me disputer avec la femme de Pinocchio. Reste un souffle répugnant.

10.8.17

Assurément

 Assurément les poissons n’ont pas inventé l’eau
ni les oiseaux, l’air. Les hommes ont bâti des maisons
en partie pour la gêne que leur donnent les étoiles,
et élevé leurs enfants sur des insignifiances,
puisqu’ils ont massacré tout dieu au fond d’eux-mêmes.
L’homme politique sur les marches de l’église croît
dans la grandeur même de cette stupidité,
lampe grillée qui jamais n’imagina soleil.

Jim Harrison, After Ikkyu and Other Poems, 1996  

7.8.17

On oublie...

 Oui. On oublie ce qu'on a besoin de se rappeler et on se souvient de ce qu'il faut oublier.
Cormac McCarthy, La Route, 2007, p. 17  

6.8.17

Pure Comédie

 

A Gun



Marla Mase

5.8.17

Now



 Je sors pour une promenade en centre-ville, les mains dans les poches, histoire de voir suer les gros quadrupèdes humains gavés de stéroïdes anabolisants à la peau écarlate en cette saison. Envie de les faire suer un peu plus.

4.8.17

Inconcevable

 De mon point de vue, et malgré sa conviction, les prévisions astrologiques de Rob Brezsny, pour la semaine du 3 au 9 août, sont absolument inconcevables :
L’amour est ta mission du moment – une mission certes délicate, mais sacrée. Il est l’aiguillon acéré qui te fait avancer et ton immense mystère, il est ta joie curieuse et ton maître exigeant. Je parle de toutes les nuances d’amour, Capricorne – depuis les relations amoureuses compliquées jusqu'à l’amour spirituel inconditionnel ; de cet amour qui te pousse à formuler habilement tes désirs et à offrir de bon gré plus que tu ne pensais posséder. Sauras-tu faire valoir cet obscur et doux mystère ? Sauras-tu décliner sur tous les modes tes mélodies voluptueuses pour relever ces passionnants défis ? J’en suis convaincu.
 Je refuse cette mission bien trop périlleuse à mon sens.

Incontestable

Un loup sur la poitrine vaut mieux qu'une taupe dans le fondement.
Henri Michaux 

2.8.17

Malade

 « 9 milliards d'êtres humains sur la planète en 2050 », c'est une prévision démographique que je connaissais déjà, mais de lire à nouveaux ça ce matin, au détour d'un titre de magazine en ligne, je n'ai pas pu m’empêcher de vomir.

19.7.17

Les maux

 Ce ne sont pas les maux violents qui nous marquent mais les maux sourds, insistants, tolérables, faisant partie de notre train-train quotidien et nous sapant aussi consciencieusement que nous sape le Temps.
Emile Cioran   

17.7.17

200

 Je suis en train de rédiger le 200e billet qui s'affichera dans un instant sur les Mauvaises herbes – mis en fonction le 10 février de l'année en cours. Un rapide décompte indique que ce blog couvre une durée de 157 jours. Saki et moi, nous pouvons maintenant dormir la conscience en paix : la règle d'un billet par jour, au minimum, est respectée.

17

 C'est parce que je déteste le nombre 16 que je ne supporte pas l'idée d'éteindre le PC pour la nuit, sachant que le compteur restera ainsi calé plusieurs heures sur ce nombre maudit. Je tiens donc à ce que s'affiche au plus vite le nombre 17. Nous y sommes. Saki applaudit chaleureusement.

Moyenne

 Seulement 15 billets publiés au cours de ce mois-ci, alors que nous sommes déjà le 17 et que nous entrons ainsi dans la 30e semaine de l'année 2017. Saki, à qui je viens de faire part de ce constat, m'a d'abord jeté un regard désap-probateur. Il m'a ensuite encouragé en me disant que, si je voulais m'en tenir à une moyenne mensuelle d'un billet par jour au minimum, il me fallait en rédiger deux dans les 12 heures à venir. Voilà donc le premier, pas trop compliqué à mettre en forme, mais je crains déjà que le suivant, le 17e, me pose plus de problèmes à écrire. Par chance, il est à peine plus de minuit et j'ai tout ce lundi pour y penser.

13.7.17

Le malaise

 L'homme est l'animal auquel il faut expliquer la situation. Qu'il lève la tête et regarde au-dessus du bord de ce qui est manifeste, le voilà pris d'un malaise face à l'ouvert. Le malaise est la réponse appropriée au surplus de l'inexplicable par rapport à ce que l'on a exploré.
Peter Sloterdijk, De l'héritage, du péché et de la modernité in Après nous le déluge

11.7.17